Il fait froid ce soir,

et il est tard.

Je rentre à la maison,

tu m'attends dans le salon.

A peine suis-je arrivé,

que le fauteuil tu as quitté.

Tu m'as pris dans tes bras,

et dis "embrasses-moi".

Après un long baiser,

j'ai été emporté.

Puis tu m'as pris la main,

et simplement dis "Viens !".

Alors je t'ai suivi,

l'air un peu abruti.

Tu as pris dans l'entrée,

les valises préparées,

que tellement fatigué,

je n'avais pas repéré.

Et là, tu m'as surpris,

tout comme le taxi,

tu m'y a fait monter,

il nous à emporté.

Tout savoir j'espèrais,

mais déjà lui savait.

Ensemble nous allions,

vers cette destination,

que toi seul connaissais,

et que j'appréhendais.

Dans la nuit avancée,

tu m'as bien regardé,

puis tu m'as enlacé,

et tu m'as embrassé.

Pour le secret garder,

les yeux tu m'as bander,

puis sourd tu m'as fait,

par un casque à musique,

me rendant hermétique,

sauf aux notes que j'aimais.

La main tu me tenais,

ainsi tu me guidais.

Le taxi arrêté,

là tu m'as fait marcher,

quelques pas de côté,

avant un escalier.

Assis et attaché,

et toi à mon côté.

Une drôle de sensation,

comme si nous décollions.

Puis tu m'as embrassé,

avant de dévoiler,

à mes yeux étonnés,

ce très beau jet privé.

En plein ciel nous étions,

et seuls dans cet avion.

Puis pour m'amadouer,

sur moi tu t'es jeté,

et c'est dans les nuages,

que nous étions volages,

que nous nous sommes aimés,

comme peut être jamais,

avant de déguster,

quelques subtils mets,

qu'on avait préparé,

et que tu as trouvé.

Toi seul avait la clé,

de notre destinée,

et moi j'étais confiant,

car tu avais un plan.

Puis nous nous sommes calés,

et dans tes bras lové,

je me suis endormi,

sans plus aucun souci.

Par un tendre baiser,

tu m'avais réveillé,

pour respecter usages,

lors de l'atterissage.

Ma montre j'ai regardé,

mais tu l'avais enlevé,

pour arrêter le temps,

pour qu'à nous ce moment,

ne soit jamais compté,

mais juste apprécié.

J'ai alors découvert,

un nouvel univers,

un jeep attendait,

alors tu me tirais,

et prenant le volant,

tu es monté dedans,

et par un seul regard,

mais avec les égards,

que tu sais m'accorder,

tu m'y à inviter.

Alors je suis monté,

assis à ton côté.

Et tu as démarré,

et tu m'as emmené.

Quelques minutes suffirent,

pour alors découvrir,

ce qui allait devenir,

un merveilleux souvenir.

Une maison de bois,

plantée pas loin des bois,

un ponton surplombant,

ce lac juste devant.

Le soleil se levait,

et nous accompagnait,

j'avais le coeur battant,

de tant d'émerveillement.

Vers le bout du ponton,

c'est là que nous allions.

Mes yeux partout scrutaient,

ce que je découvrais,

et toi, tout en silence tu te déshabillais,

et je ne m'en rendit compte que lorsque tu plongeais.

Je me suis installé,

et je t'ai regardé,

et je t'ai admiré,

et je t'ai vénéré.

Reve_humide

Tout n'était que beauté,

et bien réalité,

non, je ne rêvais pas,

nous étions toi et moi.

Et tout ce merveilleux,

qui me rendait heureux,

tu l'avais préparé,

dans le plus grand secret,

pour me faire ce plaisir,

à m'en faire défaillir.